Retraites : le gouvernement laisse entrevoir des solutions injustes !

Publié le 17/05/2010 (mis à jour le 25/05/2010)

Le document gouvernemental d'orientation sur la réforme des retraites ne propose pas de mesures précises et ne prend pas en compte l'impact de la crise économique.

Très attendu, le document d’orientation du gouvernement sur la réforme des retraites, rendu public le 16 mai dernier, a déçu plus d’un observateur. Relativement imprécis, ce texte d’une quinzaine de pages ne permet pas de connaître réellement les intentions de l’exécutif. « Le gouvernement semble aborder la question d’un point de vue comptable, analyse Yves Canevet, secrétaire confédéral chargé du dossier. Et encore, il reste très flou quant aux solutions qu’il envisage. Il évoque notamment le recul de l’âge légal et l’augmentation de la durée de cotisation, mais n’en dit pas plus. De même, il annonce la mise en place d’une contribution supplémentaire sur les hauts revenus et les revenus du capital sans pour autant la chiffrer ni préciser les modalités concrètes d’application. »

Pour la CFDT, le dossier doit être abordé de manière beaucoup plus large, en approfondissant notamment la question des solidarités. Il est en effet nécessaire d’identifier les déficits dus à la crise économique actuelle, ceux qui résultent du déséquilibre démographique provisoire lié au baby-boom de l’après-guerre (jusqu’aux années 2030) et ceux qui correspondent à l’allongement de la durée de vie. Selon le rapport du COR d’avril 2010, la crise économique actuelle explique à elle seule près de la moitié du besoin de financement supplémentaire à l’horizon 2020, soit près de 20 milliards d’euros. Ces cotisations manquantes doivent trouver une compensation par de nouvelles sources de financement assises sur tous les revenus, notamment les revenus du patrimoine. De même, le déséquilibre démographique lié au baby-boom nécessite une prise en compte particulière – en augmentant les ressources du fonds de réserve des retraites, qui a justement été créé pour faire face à cette situation provisoire.

Des réponses qui risquent de creuser les inégalités

« Les travaux du COR ont bien montré qu’à ne jouer que sur les paramètres, on ne règle pas la question, conclut Jean-Louis Malys, secrétaire national. Ce dernier s’étonne tout particulièrement que le gouvernement ne semble pas tenir compte de la crise économique dans ce document d’orientation. Conséquence : « les réponses esquissées dans le document du gouvernement restent imprécises et potentiellement injustes, conclut-il. Il y a un risque de durcir les conditions d’accès à la retraite, de creuser les inégalités, sans pour autant apporter des perspectives aux jeunes générations. »