124 salariés d'un sous-traitant d'IKEA à Dunkerque sur le carreau ?

Publié le 02/09/2011 à 00H00
IKEA acceptera-t-il de revoir à la hausse le contrat qui le relie à cette entreprise dont l'unique activité est de lui fabriquer des canapés ? La CFDT n'y croit pas...
124 salariés d'un sous-traitant d'IKEA à Dunkerque sur le carreau ?
124 salariés d'un sous-traitant d'IKEA à Dunkerque sur le carreau ?
IKEA acceptera-t-il de revoir à la hausse le contrat qui le relie à cette entreprise dont l'unique activité est de lui fabriquer des canapés ? La CFDT n'y croit pas...

Sofa Green (ex-Parisot Dunkerque), rachetée par l'un des membres de la famille fondatrice, Jean-Charles Parisot, est une usine d'ameublement qui fabrique des canapés pour Ikéa, son seul et unique client. Elle emploie 124 salariés. IKEA refuse de revoir  à la hausse le contrat qui le relie à l'entreprise basée à Petite-Synthe, près de Dunkerque.

« Le problème, explique Gérard Gaubet, délégué syndical CFDT, c'est que les matières premières ont augmenté, et par là le coût de production.L'entreprise ne serait donc plus en mesure de respecter le contrat qui la relie à Ikéa jusqu'en 2012, faute de trésorerie. La direction a donc demandé une révision à la hausse des conditions du dit contrat à l'entreprise suédoise. Mais pour Gérard Gaubert, « C'est fini. On ne pourra jamais se battre avec les usines de Pologne et les salaires qu'elles pratiquent. Au mieux, Ikea nous permet d'honorer la commande et dans deux ans, le problème reviendra. »

Deux solutions sont possibles : « Soit ils rachètent le contrat, ce qui permet aux dirigeants de restructurer l'usine et conserver une trentaine de salariés pendant 6 mois, voire un an au mieux. Nous, on n'en veut pas. Soit on accepte que c'est terminé et on négocie des indemnités correctes pour les salariés. Après, si Ikea propose de pérenniser le site, je suis preneur mais je n'y crois pas, ce ne serait pas logique. En France, ce n'est pas viable pour eux. »

Ikéa devrait donner sa décision dans une à deux semaines...