8 mars : distribuez le tract, discutez avec les salariés pour demander de vraies négociations

Publié le 25/02/2011 à 00H00 (mis à jour le 11/03/2011 à 16H08)
A l'occasion de la journée internationale des femmes, la CFDT met l'accent sur la rencontre directe avec les salariés dans les entreprises, pour discuter avec eux à l'aide d'un tract et créer une réelle dynamique de négociation avant le 1er mars 2012, date butoir à partir de laquelle les entreprises pourraient être sanctionnées financièrement.
8 mars : distribuez le tract, discutez avec les salariés pour demander de vraies négociations
8 mars : distribuez le tract, discutez avec les salariés pour demander de vraies négociations
A l'occasion de la journée internationale des femmes, la CFDT met l'accent sur la rencontre directe avec les salariés dans les entreprises, pour discuter avec eux à l'aide d'un tract et créer une réelle dynamique de négociation avant le 1er mars 2012, date butoir à partir de laquelle les entreprises pourraient être sanctionnées financièrement.

8 mars 2011 : tout faire pour rentrer en négociations dans les entreprises

  Le 8 mars est la date anniversaire de l’initiative des femmes socialistes réunies à Copenhague en 1910 pour revendiquer le droit de vote des femmes. Elle a été reconnue officiellement par les Nations Unies en 1977. Comme chaque année, c’est l’occasion pour la CFDT d’être visible et de réaffirmer son engagement pour l’égalité des droits et la défense de la condition féminine.

Cette année aussi, la CFDT met l’accent sur les rencontres avec les salariés à l’aide d’un tract avec l’objectif de rentrer dans une dynamique de négociation dans les entreprises.

En effet, la loi du 9 novembre 2010 portant réforme des retraites a prévu, à l’instar du dispositif pour l’emploi des seniors, que les entreprises qui n’auraient pas, au 1er janvier 2012, négocié un accord d’égalité professionnelle, ou mis en place un plan d’action visant à supprimer ces inégalités, seraient sanctionnées financièrement.

La CFDT, bien que très critique à l’égard de ce dispositif, et toujours dans l’attente des décrets d’application qui permettront d’en clarifier les contours encore flous, doit utiliser la date butoir du 1er janvier 2012 comme un levier pour ouvrir les négociations dans les entreprises :  la loi oblige les entreprises de 50 salariés et plus à avoir un accord ou un plan d’action avant cette date butoir. Tout doit être mise en œuvre pour qu’il y ait négociation plutôt que plan d’action rédigé unilatéralement par les employeurs, et une négociation impliquant les salariés, afin que l’égalité professionnelle ne reste pas l’affaire de quelques convaincus.

C’est aussi la période d’ouverture des Négociations Annuelles Obligatoires dans lesquelles l’égalité professionnelle doit être un temps fort. Il y a en effet obligation à «définir et à programmer les mesures permettant de supprimer les écarts de rémunération entre les femmes et les hommes ». Les négociateurs doivent, dans tous les thèmes abordés, « prendre en compte l'objectif d'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes » selon une démarche intégrée que nous défendons.


TÉLÉCHARGEMENT DE FICHIERS