A Lille, syndicalistes belges et français expliquent ensemble leur NON à l'Austérité en Europe

Publié le 14/11/2012 à 00H00
Rassemblés devant Lille Grand Palais où s'ouvrait le World Forum Lille, syndicalistes français (CGT-CFDT-FSU-UNSA et SUD) et belges (FGTB et CSC) ont pris tour à tour la parole avant d'arpenter, en nombre égal, les rues de LIlle à l'occasion de la journée de mobilisation européenne pour l'emploi et la solidarité.
A Lille, syndicalistes belges et français expliquent ensemble leur NON à l'Austérité en Europe
A Lille, syndicalistes belges et français expliquent ensemble leur NON à l'Austérité en Europe
Rassemblés devant Lille Grand Palais où s'ouvrait le World Forum Lille, syndicalistes français (CGT-CFDT-FSU-UNSA et SUD) et belges (FGTB et CSC) ont pris tour à tour la parole avant d'arpenter, en nombre égal, les rues de LIlle à l'occasion de la journée de mobilisation européenne pour l'emploi et la solidarité.

 

Devant 2500 manifestants, le représentant de la FGTB a ouvert les prises de parole pour dénoncer une 'situation où les riches sont de plus en plus riches, et les pauvres de plus en plus pauvres' et appelant à 'être tous solidaires pour une Europe Sociale'.

Michel Dorchies,  de la CSC Belge, s'est exprimé ensuite au nom du Comité Syndical Interfrontalier Régional. Il a développé les dégats provoqués par les politiques d'austérité auprès de la population grecque, espagnole, portugaise... mais aussi en Belgique : 'Nous continuons à perdre du pouvoir de vivre décemment  ... Ce n'est pas à nous de payer leur crise', s'adressant ainsi aux banquiers, financeurs et décideurs politiques. Et de réclamer une rélle relance économique  ' avec des emplois de qualité... Car l'austérité ça ne marche pas !'.

Au tour des syndicats français, dans une déclaration commune des organisations syndicales françaises : Agnès Le Bot, pour la CGT,  insiste sur la multiplication, notamment dans notre région des CDD, des contrats précaires' et en appelle à une 'action solidaire et convergente pour changer la situation en Europe'.

Elizabeth Bagault, pour la CFDT Nord-Pas de Calais, a fustigé, elle aussi, les grands décideurs économiques et politiques : ' certains comme Auchan, Bonduelle, sont réunis en ce momment à côté à Lille Grand Palais... tandis que le chômage des jeunes notamment s'accroit dans la région,  parce que les politiques et directions prises le sont sur la base de l'austérité. Il faut une autre politique. Il faut mettre en place, comme le demande la Confédération Européenne des Syndicats, un contrat social pour l'Europe'.

Puis les 2500  syndicalistes se sont élancés ensuite dans un cortège multicolore (rouge, vert, orange, bleu...) dans les rues de Lille, où les syndicats belges se sont faits remarqués par leur nombre imposant (autant que les français) et la densité de leur cortège.