A Neuville-en-Ferrain, les salariés de Callens Lesage exigent des garanties de mobilité

Publié le 28/08/2009 à 17H39
L'activité de l'entreprise doit être tansférée en décembre sur un « site plus adapté à Arques ». Les salariés sont en conflit et revendiquent de meilleures garanties en matière de mobilité.
A Neuville-en-Ferrain, les salariés de Callens Lesage exigent des garanties de mobilité
A Neuville-en-Ferrain, les salariés de Callens Lesage exigent des garanties de mobilité
L'activité de l'entreprise doit être tansférée en décembre sur un « site plus adapté à Arques ». Les salariés sont en conflit et revendiquent de meilleures garanties en matière de mobilité.

Le transfert de 200 salariés de l'entreprise Callens Lesage, actuellement sur le site de Neuville-en-Ferrain (près de Tourcoing), vers une plate-forme multi-modale de l'AA près de St Omer devrait effectif au 31 décembre. Il faut savoir que Callens-Lesage assure une partie de la logistique de la distribution de la cristallerie d'Arc. Sur place, il y a 96 salariés Callens-Lesage et une centaine qui dépendent en direct d'Arc international. Neuville, c'est aussi le siège d'Arc distribution France (ADF). Nombreux sont ceux qui n'auraient pas du tout l'intention de rejoindre Arques ayant acheté des maisons à Neuville-en-Ferrain, surtout dans les conditions proposées actuellement par l'entreprise. On estime à 80 % le nombre des salariés résidant à 5 minutes de l'entrepôt. Les cadres commerciaux pourraient se voir proposer des postes sur la métropole mais sans garantie.

Depuis mercredi, les organisations syndicales, avec à leur tête la CFDT majoritaire dans l'entreprise, ont lancé un mot d'ordre de grève. Ce vendredi, les salariés contrôlent la sortie des camions de l'usine. « La CFDT réclame une prime de mobilité d'un montant minimum de 30000 €, explique Christian Roeting, délégué CFDT». C'est un coup dur pour l'ensemble du bassin d'emploi : les responsables CFDT locaux et régionaux (Martine Leblanc, Pascal Catto, Philippe Perrault) sont venus soutenir l'action des militants CFDT et des salariés dans ce conflit.