Automobile : les propositions CFDT servent de référence

Publié le 14/05/2009 à 00H00 (mis à jour le 15/05/2009 à 09H41)
Le Préfet de région a reçu le 13 mai les organisations syndicales et patronales pour une déclinaison du pacte national sur l'automobile, qui devrait tourner autour des propositions CFDT.

Le Préfet de région a reçu le 13 mai les organisations syndicales et patronales pour une déclinaison du pacte national sur l'automobile, qui devrait tourner autour des propositions CFDT.

La réunion qui a réuni en Préfecture les représentants de l'Etat, des employeurs du secteur automobile, les collectivités territoriales (Conseil Régional, Conseils Généraux, Communautés d'agglomérations)  et les organisations syndicales était la première rencontre sur le plan de relance national.

Une déclinaison régionale de la charte nationale, signée en juillet 2008.  Une 'charte nationale de coopération pour le soutien et l'accompagnement des entreprises du secteur automobile et de leurs salariés' avait été signée le jeudi 3 juillet 2008, par Christine Lagarde, ministre de l'Économie, de l'Industrie et de l'Emploi, et Luc Chatel, secrétaire d'État chargé de l'Industrie et de la Consommation, avec l'UIMM (Union des industries et métiers de la métallurgie), PSA Peugeot Citroën, Renault, les équipementiers automobiles à travers la FIEV (Fédération des industries des équipements pour véhicules), les services de l'automobile représentés par le CNPA (Conseil national des professions de l'automobile) et quatre fédérations syndicales de la métallurgie (CFDT, CFE-CGC, CFTC et FO). Objectif : une concertation et des moyens mis en œuvre sur trois ans pour préserver les intérêts des salariés et répondre aux besoins des recruteurs dans ce secteur.   Depuis plusieurs mois, la CFDT Nord Pas-de-Calais demandait au Préfet de région d'organiser un comité de suivi régional de ce pacte recevait dans notre région où l'industrie automobile représente 55 000 emplois. Philippe Perrault, secrétaire général de la CFDT Nord Pas-de-Calais, et Philippe Duthoit, pour la CFDT automobile, participaient à cette rencontre.

 Les propositions CFDT, point de référence.  D'entrée de jeu, la CFDT a demandé ' que ce comité de suivi du pacte automobile se transforme, comme dans de nombreuses régions de France, en une convention d’application de la charte automobile pour le soutien et l’accompagnement des entreprises du secteur automobile et de leurs salariés'. Après avoir noté l'importance que revêt, pour le secteur comme pour la région, une telle convention d'application, Philippe Perrault a demandé que cette convention porte sur 5 objectifs :

  • affirmer l'importance de ce secteur dans le tissu économique et industrielle de notre région ;
  • conforter la présence des constructeurs automobiles dans le Nord Pas-de-Calais ;
  • répondre aux défis posés : excellence industrielle, développement durable, positionnement sur les marchés en développement, qualification des salariés, sécurisation des parcours professionnels ;
  • connaître les politiques industrielles et les choix faits par les 7 constructeurs et leurs conséquences sur l'activité de la filière dans notre région ;
  • assurer un lien avec les politiques de Recherche et Développement.

 

La CFDT revendique la mise en oeuvre de 3 axes indissociables. Pour aller dans le concret, la CFDT a travaillé sur 3 axes concrets.
Axe 1 : veille, alerte et anticipation économique et sociale, (avoir des propositions claires des    entreprises pour éviter de nous engager sur une jurisprudence qui remettrait en cause demain    les acquis des salariés).
Axe 2 : attractivité, recrutement et intégration durable de salariés dans les secteur de    l’automobile.
 Axe 3 : maintien, évolution et reconversion des salariés tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du   secteur automobile. 30% de véhicules en moins aura des conséquences. économiques et   sociales : comment mettre en place une véritable GPEC dans les entreprises de la filière ?    
Une attention particulière devra être portée au niveau des salariés les moins qualifiés, les    salariés à forte ancienneté, les salariés de + 45ans et plus, les salariés des PME/TPE de la   filière,…. On pourrait travailler à réaliser des liens, des passerelles, entre les métiers de   l’automobile et d’autres métiers se rapprochant des métiers de la filière, comme le transport, la   logistique, le service automobile….
 
Le sens de la demande CFDT. Elaborées avec les équipes CFDT du secteur automobile    réunies dernièrement, ces propositions prennent pour la CFDT tout leur sens, à savoir :
  • Avoir une transparence de la politique industrielle dans la région et de ses conséquences sur les entreprises de la filières de la région,
  •  
    Harmoniser des réponses concrètes économique et sociales acceptables par l’ensemble des   entreprises de la filière pour gérer cette crise,
     
     
  • Mettre en place une véritable politique de formation, de qualification au niveau de la filière pour   former les salariés à leur métier de demain ou de pouvoir les aider dans leur projet    professionnel.

Et finalement c'est autour de ces propositions faites que devraient tourner  demain les impulsions et choix faits par ce comité de pilotage... Preuve une   fois de plus que de faire des propositions construites permet de peser sur les   choix faits par les différents acteurs.