DANNES : La CFDT ne veut pas d’un séisme dans la cimenterie !

Publié le 08/02/2013 à 10H37
Ce sont *84 salariés *qui sont concernés par la décision de la direction d’Holcim, de fermer l'usine de Dannes, une cimenterie aux résultats pourtant encourageants. La CFDT explore, aux côtés des salariés, *toutes les solutions possibles.*

L’usine née en 1881, est la plus vieille de France mais la doyenne est toujours aussi reconnue pour la qualité de son ciment.

Une force pour Holcim et même le manque d’investissement éloquent n’empêche pas de recevoir les mérites du directeur général d’Holcim Europe en décembre dernier. Il en retient une très bonne impression avec des résultats encourageants et une bonne dynamique au sein des équipes.  2 mois auparavant, l’usine était la meilleure :  aujourd’hui on la laisse mourir !

Malgré les négociations en cours et les annonces de la direction, les salariés y croient encore et la CFDT est à leurs côtés pour trouver d’autres solutions. Avant de poser les grands mots, il faut peut-être envisager une production par cycle et intégrer le chômage partiel...Cela éviterait en tout cas que des salariés, qui ont plus de 30 ans d’ancienneté ou des jeunes qui viennent d’acheter leur maison, se retrouvent au chômage.

N’oublions pas que même si le secteur de la construction est en difficulté, il n’est pas impensable que la production reprenne, notamment avec les projets en cours dans la région comme le Canal Seine-Nord, un projet d’une grande envergure.

La CFDT reste donc vigilante et comme elle a toujours fait, assume ses responsabilités en accompagnant les salariés de l’usine.

Photo 3

 Photo 4