RASED : la CFDT appelle avec d'autres à manifester le 18 avril à 17h devant le rectorat

Publié le 17/04/2012 à 00H00
Dans un communiqué, le SGEN-CFDT invite parents et enseignants à affirmer leur mécontentement devant la suppression des postes de RASED (pour les élèves en difficultés) à la rentrée prochaine.
RASED : la CFDT appelle avec d'autres à manifester le 18 avril à 17h devant le rectorat
RASED : la CFDT appelle avec d'autres à manifester le 18 avril à 17h devant le rectorat
Dans un communiqué, le SGEN-CFDT invite parents et enseignants à affirmer leur mécontentement devant la suppression des postes de RASED (pour les élèves en difficultés) à la rentrée prochaine.

Collectif RASED

Appel à manifester devant le rectorat mercredi 18 avril 2012

Depuis plusieurs semaines, un collectif de parents et d’enseignants (de diverses organisations syndicales ou non syndiqués) organise un certain nombre d’actions afin de dénoncer la suppression de 6 postes de RASED à la rentrée prochaine sur le territoire de Lille et Hellemmes. Ces 4 postes de maîtres G (rééducateurs) et 2 postes de maîtres E (aide aux apprentissages) qui disparaissent vont laisser « sur le carreau » 250 élèves qui ont un besoin impérieux de cette aide spécialisée !

De nombreuses occupations d’écoles, une grève tournante sur 2 semaines (période qui correspond au préavis déposé par le Sgen-CFDT), des distributions de tracts devant les écoles... ont pour objectif d’alerter tous les candidats aux prochaines élections afin que les RASED constituent une priorité dans la perspective de recréation de postes.

Plusieurs élus Lillois ont apporté leur soutien au collectif (Martine AUBRY, Bernard ROMAN, Michel DEMESSINE, Joseph DEMEULEMESTER, Maurice THORE... 

Ce mouvement, qui s’étend, aura pour prochaine étape un

RASSEMBLEMENT devant le RECTORAT (20 rue Saint-Jacques à LILLE)

à 17 heures ce mercredi 18 avril

Une nouvelle fois, parents et enseignants sont invités à y participer (avec gilets jaunes, banderoles et sifflets…) afin d’affirmer leur mécontentement et obtenir une audience.

D’ores et déjà, une réunion du collectif est fixée mi-mai (entre les présidentielles et les législatives) afin d’interpeller les candidats à la députation sur le rétablissement des postes supprimés.