Signature d'un Pacte Régional sur la Continuité Professionnelle

Publié le 18/05/2009 à 11H01
Le Conseil Régional, l'Etat, les partenaires sociaux (organisations syndicales et patronales) se sont engagés ce 14 mai sur un Pacte Régional pour assurer une meilleure sécurisation des parcours professionnels. La CFDT présidera, avec le Medef, la commission chargée de sa mise en oeuvre.
Signature d'un Pacte Régional sur la Continuité Professionnelle
Signature d'un Pacte Régional sur la Continuité Professionnelle
Le Conseil Régional, l'Etat, les partenaires sociaux (organisations syndicales et patronales) se sont engagés ce 14 mai sur un Pacte Régional pour assurer une meilleure sécurisation des parcours professionnels. La CFDT présidera, avec le Medef, la commission chargée de sa mise en oeuvre.

Une journée inhabituelle. Devant les conseillers régionaux réunis en assemblée plénière ce 14 mai, les 5 organisations syndicales confédérales (CFDT, CGT, FO, CFTC, CGC) et les 3 organisations patronales (MEDEF, CGPME, UPA) ont été amenées à exprimer leur positionnement et leur engagement dans cette démarche. Une pratique inhabituelle qui montre ainsi l'importance et l'enjeu pour notre région de ce projet.

Les objectifs du Pacte.. Ainsi que l'a précisé en introduction Pierre de Saintignon, vice-président du Conseil Régional, ce pacte, qui court de 2009 à 2013, vise un double objectif : « à court terme, permettre de répondre aux problèmes que rencontrent les salariés et les entreprises par rapport à la crise ; à court et à moyen terme, accélérer le mouvement pour rebondir lors de la sortie de crise ». L'ensemble des organisations syndicales et patronales ont affirmé publiquement leur engagement dans cette démarche avant que le Préfet de Région, au nom de l'Etat, apporte également son concours à ce pacte.

Les raisons de l'engagement de la CFDT. La principale des motivations, explique Philippe Perrault, au nom de la CFDT Nord Pas-de-Calais, c'est qu' «on en a marre de jouer les « pompiers du social ». On veut que le développement économique de notre région se fasse par anticipation et au service des salariés de notre région...et non à leur détriment ! ».  Premier à prendre la parole devant les conseillers régionaux, il a détaillé les 5 raisons essentielles qui ont conduit la CFDT a s'engager dès le début dans cette démarche :

  1. Avec ce pacte, sera développée une montée en qualification et compétences des salariés : c'est essentiel pour préparer les emplois de demain.

  2. Ce pacte devrait aider les salariés confrontés aux licenciements, restructurations, fermetures d'entreprises... (et elles sont nombreuses aujourd'hui dans la VAD, le textile, l'automobile...) à passer sans trop de heurts ces accidents de leur vie professionnelle, notamment par un accompagnement où la formation doit jouer un rôle important.

  3. Préparer la sortie de crise, car il faudra être prêt le jour où les entreprises auront un besoin immédiat de main d'oeuvre qualifiée pour que notre région rebondisse économiquement face à la compétitivité internationale.

  4. Etat, Conseil Régional et partenaires sociaux vont « jouer collectif ». Notre région qui continue d'être une région sinistrée, a besoin de ce jeu collectif pour s'en sortir. Et le pacte, associant l'ensemble des décideurs socio-économiques, doit pouvoir jouer ce rôle d'entraîneur.

  5. La force du pacte, c'est le dialogue social. Il est indiqué en toutes lettres qu' « il est nécessaire de réunir, dans le respect des dispositions en vigueur, les conditions d'un dialogue social à tous les niveaux, sectoriel, territorial et des entreprises concernées, en associant les salariés au travers de leurs instances représentatives du personnel ». Pour la CFDT, c'est une exigence, et une des conditions de réussite de ce pacte.

La CFDT assurera la co-présidence de la commission de mise en oeuvre. La mise en oeuvre concrète du Pacte sera pilotée par une commission de travail réunissant l'ensemble des signataires. La présidence en sera assurée conjointement par un représentant des organisations syndicales et un représentant des organisations patronales. C'est la CFDT, en la personne de Philippe Perrault, qui l'assurera au nom des syndicats, et côté patronal,  Jean-Pierre Guillon, Président du Medef régional. Deux faits à remarquer : L'Etat et la Région reconnaissent ainsi la responsabilité des partenaires sociaux dans le développement économique et social de notre région. D'autre part, grâce à un partenariat noué au sein de la Commission Paritaire Interprofessionnelle de l'emploi, les organisations syndicales, fortes de leur unité dans les actions en cours, ont pu s'exprimer d'une seule voix. Vous trouverez ci-après la déclaration de Philippe Perrault devant la presse faite au nom des 5 organisations syndicales.  

Reste à transformer l'essai en victoire pour les salariés. La signature de ce Pacte est le début d'une démarche qui reste à se concrétiser pour les salariés. La création d'une plate-forme régionale interprofessionnelle de mobilité permettant aux salariés menacés dans leur emploi de prévoir leur évolution professionnelle ou un accord pour les salariés de la VAD permettant de les préparer aux métiers de demain pourraient en être très bientôt les premiers effets tangibles. D'autres projets innovants pourraient aussi voir la jour : la CFDT compte bien en proposer un certain nombre à partir de ce que expriment aujourd'hui et demain nombre de délégués CFDT des filières de l'automobile, de la Vente A Distance, du Textile, du bâtiment ou des services par rapport à l'avenir professionnel des salariés de leur entreprise.  


 


 


TÉLÉCHARGEMENT DE FICHIERS