La CFDT participera à la cellule régionale de soutien et de résistance à la crise

Publié le 03/01/2013 à 17H50
Réclamée depuis plusieurs mois au Préfet de Région par la CFDT, cette cellule vient d'être décidée par le Conseil Régional, en lien avec l'Etat, et l'ensemble des décideurs économiques et sociaux. La CFDT salue cette initiative et compte y assumer pleinement son rôle

 

POURQUOI CETTE CELLULe ?

Le texte adopté au cors de la réunion du Schéma Régional de Développement Economique du 5 décembre en précise les enjeux :

  •  Améliorer la veille pour anticiper les situations 
  • Déployer les outils le plus en amont pour accroître leur efficacité
  • Mieux cibler les interventions publiques pour accentuer les moyens sur les activités stratégiques,les éléments moteurs de l’économie régionale.
  • Coordonner les interventions, les moyens et les acteurs qui agissent sur ce champ pour plus d’efficacité.
  • Mobiliser l’action publique vers les vecteurs de croissance structurelle et intelligente : le soutien à l’innovation, aux filières, aux entreprises engagées sur les marchés émergents, l’accompagnement de la transition écologique et sociale de l’économie, l’anticipation des besoins en compétences des entreprises en mutation et la qualification des personnes. Il s’agit de mettre en oeuvre les conditions permettant d’être au rendez-vous de la croissance de demain

  

Une feuille de route en 4 points

Une feuille de route a été élaborée en 4 points :

  1. ANTICIPER, grâce à une veille permanente sur l'économie régionale
  2. FINANCER ET ACCOMPAGNER, de façon massif, les entreprises fragilisées, qu'elles soient TPE ou plus grands établissements
  3. COORDONNER, en partageant les informations de tous les acteurs et les leviers d'action mobilisés, avec deux soucis principaux : réactivité et confidentialité
  4. PROTÉGER par un accompagnement optimisé des salariés fragilisés et licenciés

  

La CFDT est prête à y participer

Dans la déclaration faite au SRDE, Pascal Catto, secrétaire général de la CFDT, voit dans cette organisation "une posssibilité :

  • de partager les difficultés des entreprises et des filières de notre région
  • de soutenir pour éviter d’en arriver à une liquidation et fermeture et d’agir pour l’emploi
  • et donc d’anticiper les mutations économiques, les changements, les évolutions et innovations". 

Soulignant que les organisations syndicales disposent souvent en amont d'informations précises sur les situations économiques des entreprises ainsi que d'un réseau d'expertise économique (qu'il demande d'associer aux travaux), il indique que la CFDT participera à ce type d'instance et y assumera tout son rôle, "pas pour faire plaisir par sa présence, mais en ayant un rôle d'acteur avec les autres composantes".

La feuille de route adoptée ne fonctionnera que si les entreprises aussi s'engagent (y compris les TPE) : " On a trop connu par le passé des plans où on a eu à subir le non engagement des entreprises, et au final on a joué notre rôle en faisant les pompiers du social. Hélas il est souvent trop tard, et du coup les salariés ont à subir des drames faute d’anticipation".

La mise en place de cette instance (avec son organisation et des réunions trimestrielles de pilotage) doit se faire en janvier 2013.