La CFDT regrette que la reprise de l'emploi se fasse par la précarité

Publié le 27/08/2010 à 00H00
La CFDT regrette que la reprise de l'emploi se fasse par la précarité
La CFDT regrette que la reprise de l'emploi se fasse par la précarité

Déclaration de Laurent Berger, secrétaire national

La précarité en forte hausse

Les chiffres du chômage de juillet sont inquiétants pour les moins de 25 ans et les plus de 50 ans.

Le nombre de jeunes en « activité réduite » (peu d’heures effectuées au cours du mois) explose au mois de juillet avec une progression de 6,3 %. Depuis un an, la hausse est de 11,3 %. Les plus de 50 ans sont dans une situation semblable : + 1,1 % en juillet, mais 17,1 % depuis un an.

Les diverses mesures promises pour faciliter l’accès des jeunes à l’emploi ne doivent plus rester des vœux pieux. Ces résultats montrent par ailleurs qu’un plan pour l’emploi des séniors est plus que jamais nécessaire.

Ces chiffres font aussi apparaître une augmentation du chômage de très longue durée : le nombre d’inscrits depuis deux à trois ans est en hausse, ce qui porte l’évolution à 30,7 % depuis juillet 2009. Les inscrits de plus de trois ans progressent d’un point en juillet, soit 14,4 % en un an.

De nombreux demandeurs d’emploi ont épuisé leurs droits à l’indemnisation. Le plan Rebond pour l’emploi a été négocié pour eux par les partenaires sociaux et l’Etat. Mais Pôle emploi peine à mettre en œuvre ce dispositif. Pour la CFDT, il n’est pas possible d’attendre plus longtemps !

Dans ce contexte, difficile de parler d’une amélioration de la situation de l’emploi et des conditions des personnes touchées par le chômage et la précarité.

La CFDT regrette que la reprise de l’emploi se fasse par la précarité. Pour la CFDT, cette logique des entreprises ne va pas dans le bon sens.