CHÖMAGE : Aller au-delà des mesures d'urgences

Publié le 27/08/2012 à 00H00
Dans un communiqué, la CFDT s'indigne des proportions catastrophiques qu'atteint le chômage, une situation qui impose une double action : des mesures d'urgence ... et sans tarder des mesures de fond
CHÖMAGE : Aller au-delà des mesures d'urgences
CHÖMAGE : Aller au-delà des mesures d'urgences
Dans un communiqué, la CFDT s'indigne des proportions catastrophiques qu'atteint le chômage, une situation qui impose une double action : des mesures d'urgence ... et sans tarder des mesures de fond

Chômage : Aller au-delà des mesures d’urgence !

  Les chiffres de l’emploi pour le mois de juillet viennent d’être rendus publics. Le chômage atteint des proportions catastrophiques, et avec lui, l’augmentation de la précarité, de l’exclusion et des difficultés de vie pour un nombre croissant de salariés et demandeurs d’emploi.

 Cette situation dégradée de l’emploi impose une double action :

 D’une part, des mesures d’urgence, ciblées vers les publics les plus en difficulté. Les contrats aidés, les emplois d’avenir ou encore les moyens humains supplémentaires à Pôle emploi sont une première réponse à concrétiser. La CFDT souhaite aussi que la concertation sur la formation des demandeurs d’emploi annoncée lors de la conférence sociale, soit lancée très rapidement.

 Par ailleurs, il faut activer fortement les dispositifs de chômage partiel qui est un outil efficace pour éviter les destructions d’emplois.

 Au-delà de l’urgence, il faut avancer sans tarder vers des mesures de fond pour le développement et le maintien de l’emploi face aux mutations économiques et une meilleure sécurisation des parcours professionnels. Pour cela, la CFDT souhaite :

  •  L’ouverture rapide de la négociation sur la sécurisation des parcours professionnels. Elle doit permettre de réagir aux difficultés économiques, notamment les plans sociaux, par le dialogue social et de maintenir les salariés dans l’emploi.
  •  Par ailleurs, la CFDT souhaite des mesures de fond pour relancer la compétitivité et développer l’emploi, dans le prolongement des discussions engagées lors de la conférence sociale de juillet.

 Ces mauvais chiffres du chômage doivent alerter l’État, le patronat et les syndicats sur leurs responsabilités respectives pour développer et maintenir l’emploi.