Logement social : rupture d'égalité entre les opérateurs publics et privés

Publié le 29/03/2012 à 00H00
Suite à un décret sur l'utilisation des fonds du 1% logement, la CFDT s'insurge sur l'orientation prise, qui ne garantit plus l'équilibre et l'égalité d'accès aux prêts et subventions
Logement social : rupture d'égalité entre les opérateurs publics et privés
Logement social : rupture d'égalité entre les opérateurs publics et privés
Suite à un décret sur l'utilisation des fonds du 1% logement, la CFDT s'insurge sur l'orientation prise, qui ne garantit plus l'équilibre et l'égalité d'accès aux prêts et subventions

Déclaration de Marie-Andrée Séguin, secrétaire nationale (28/03)

 

 

 

Logement social

La CFDT s’insurge contre une rupture d’égalité
entre les opérateurs publics et privés

 Le 16 mars, l’État a publié un décret sur l’utilisation des fonds du 1 % Logement. Il propose qu’Action Logement, dont les moyens de financement se réduisent, finance l’habitat social par le biais d’une entrée au capital des entreprises sociales de l’habitat (ESH).

 Gérés par des collectivités locales, les offices publics de l’habitat (OPH) risquent d’être délaissés à cause de cette possibilité de financement. Or les salariés vivent indifféremment dans des logements qui dépendent d’une ESH ou d’un OPH.

La CFDT tient à réaffirmer son opposition à cette orientation. Elle exige que soient garantis l’équilibre et l’égalité d’accès aux prêts et subventions, sans distinction entre les structures privées et les opérateurs publics.