Le 1er mai dans les medias : pénibilité, retraites, emploi, fête et évolution du syndicalisme

Publié le 30/04/2010 à 00H00 (mis à jour le 18/05/2010 à 16H45)
A la veille du 1er mai, tels sont les thèmes sur lesquels s'exprime la CFDT dans les quotidiens régionaux. Petit tour d'horizon.
Le 1er mai dans les medias : pénibilité, retraites, emploi, fête et évolution du syndicalisme
Le 1er mai dans les medias : pénibilité, retraites, emploi, fête et évolution du syndicalisme
A la veille du 1er mai, tels sont les thèmes sur lesquels s'exprime la CFDT dans les quotidiens régionaux. Petit tour d'horizon.

D'après la Voix du Nord, Philippe Perrault « espère au total 10000 à 15000 personnes dans les cortèges ». D'emblée le secrétaire général de la CFDT met l'accent sur un slogan revenu au goût du jour : « « Ne pas perdre sa vie à la gagner » sera l'un des slogans sur les pavés. Philippe Perrault, secrétaire régional CFDT, insiste : « Vu le contexte de crise, les conditions de travail font partie de nos principales préoccupations. Avec les heures supplémentaires et la pression de la productivité, ça se dégrade. » Et puis il y a les retraites et leur réforme. Le quotidien met l'accent sur la question de la pénibilité, une question que les syndicats réclament de longue date. Les salariés, soumis à des métiers pénibles « doivent bénéficier de droits spécifiques » souligne Philippe Perrault, rappelant que la pression s'exerce sur les salariés dans tous les secteurs : « Il faut aller voir les salariés de Pôle emploi ou des CCAS, par exemple, qui sont confrontés à de nouvelles formes de pénibilité comme l'agressivité du public ». Le combat pour la prise en compte de la pénibilité dans les conditions de départ à la retraite ne peut pas laisser indifférent dans la région, conclut le quotidien, après avoir rappellé notamment l'augmentation de 25 % de maladies professionnelles, le travail posté, les cancers professionnels...

Nord Eclair met l'accent sur l'évolution du syndicalisme aujourd'hui . Par rapport aux années 80-90, il faut des compétences plus larges, et plus seulement sur le droit des salariés, même si c'est le socle », indique Philippe Perrault. « Par rapport aux années 60 et 70, le Nord Pas-de-Calais n'est plus majoritairement industriel. Le salarié a changé. Il n'est plus en bleu de travail globalement. Le défi pour nous, syndicats, est aussi de s'adapter à cette évolution, à ce nouveau salariat ». Si le quotidien souligne que les retraites seront au coueur du 1er mai, ce sera en ordre dispersé : « seuls la CGT et la CFDT (associés à l'UNSA, la FSU et Solidaires) mèneront les cortèges demain à Lille... pour la préservation du régime de retraites. « Il ne peut pas y avoir de refopnte sérieuse des retraites sans prise en compte des problématiques du pouvoir d'achat, de l'emploi et de l'intensification du travail » explique dans le quotidien le secrétaire général de la CFDT.

 Sur Dunkerque, la Voix du Nord met l'accent sur l'initiative originale organisée en intersyndicale à Grande Synthe : La Fête du Monde Ouvrier, au Palais du Littoral de 13h à 18h (barbecue, stands, bal..). «  Cette manifestation est importante, explique Mohamed Bourhani, secrétaire général de la CFDT de Dunkerque. Elle s'inscrit dans une démarche de sensibilisation. Il s'agit de montrer comment les acquis sociaux ont été obtenus, et de dire que si on ne se mobilise pas, on risque d'y laisser des plume ». Sur Boulogne, le quotidien signale que « les syndicats du Boulonnais défileront ... main dans la main ce samedi 1er mai... Cette année, les slogans et affiches du cortège devraient une fois encore témoigner de l'inquiétude des salariés par rapport à la crise, la baisse du pouvoir d'achat et aussi la réforme des retraites. La CFDT indique qu'à Continentale nutrition, « une baisse des commandes entraîne une baisse des emplois intérimaires mais aussi des journées non travaillées avec prise de RTT ou de congés pour les agents en CDI... et une semaine de congés « imposée » aurait eu lieu en mars et une prochaine se profilerait en mai ».