Au début des années 60 : vers un changement de majorité

Publié le 08/01/2013 à 16H05
Sur fond de crise économique et d'évolution du syndicalisme

La crise économique qui frappe des secteurs-clés de l’industrie régionale favorise au début des années soixante l’émergence au sein de la centrale chrétienne d’un discours prônant un syndicalisme moderne, efficace, indépendant et offensif sur le plan politique dans la question algérienne puis en faveur d’un socialisme démocratique.

L’accession à la direction confédérale des représentants de cette tendance tels qu’Eugène Descamps et René Bonety va aboutir au souhait d’opérer une évolution pour certains, une remise en cause pour d’autres. La tendance dominante est au maintien de la référence à la morale sociale chrétienne dans les deux unions départementales mais le principe du ralliement au choix majoritaire, au nom de la démocratie, se dessine.