Europe : du global au local

Publié le 29/05/2009 à 16H49
Réunis à Mons, militants de la CFDT et du syndicat CSC belge ont échangé sur la construction de l'Europe sociale et sur la mise en place des euros-districts
Europe : du global au local
Europe : du global au local
Réunis à Mons, militants de la CFDT et du syndicat CSC belge ont échangé sur la construction de l'Europe sociale et sur la mise en place des euros-districts

Les relations entre la CSC et la CFDT ne datent pas d'hier... et elles ont été constantes, mais il fallait les 'rebooster'. Pour cela quoi de mieux que les prochaines élections européennes. La date du 29 mai a donc été choisie pour réunir à Mons en Belgique des militants des 2 organisations syndicales. Deux sujets aussi au menu : la construction de lEurope Sociale et la mise en place dans notre région transfrontalière des Euros-districts.

L'Europe sociale est en panne.  Avec un retour historique sur la construction européenne, c'est le constat fait par Pierre Tilly, historien. Plusieurs raisons à cela : le dialogue social n'est pas une priorité pour l'institution européenne; pour dialoguer il faut être 2, et le moins qu'on puisse dire c'est que le patronat européen (qui s'était organisé avant les syndicats) n'est pas enclin à faire du dialogue social une de ses priorités; au plan syndical, l'élargissement de l'Europe, nécessaire, ne rend pas toujours aisée l'harmonisation des positions. Et pourtant dans le concret, souvent les organisations syndicales, comme la CSC et la CFDT, ont été productrices d'idées. Plusieurs militants l'ont rappelé dans le débat, en référence aux travaux effectués dans le passé sur les transports, le ferroviaire par exemple. Mais ensuite on se heurte à la volonté politique de faire bouger les choses en prenant les décisions qui s'imposent. Finalement, notre rôle est double au regard de l'expérience passée : nous sommes des 'anticipateurs', producteurs d'idées, de projets dépassant le cadre des frontières; et, deuxième rôle, nous tirons la sonnette d'alarme face à la commission et aux décisions prises par le parlement européen : l'exemple de la directive Bolkeisten et de l'action des organisations syndicales (manifestations, lobbying..) en est une parfaite illustration.

Prêts pour les Euro-Districts ? Trois Euro-Districts peuvent structurer aujourd'hui nos deux régions et pourraient être l'émergence à l'avenir de nouveaux territoires, voire de nouvelles frontières. Le plus vieux, même s'il est récent, c'est celui de Lille-Tournai-Courtrai, assez structuré dans sa gouvernance; un deuxième se met en place par la volonté et les relations entre les hommes et les femmes du Littoral et de la Flandre Belge; quant au troisième, autour du Hainaut, il est encore en gestation : les rivalités de voisinage, la non-structuration du territoire laissent envisager une 'conception' lente et à hauts risques ! Pourtant ce n'est pas par manque de volonté des syndicats présents à cette journée. La création de ce type de structures nécessite plusieurs ingrédients indispensables : il faut une volonté politique forte; il faut des projets ; il faut des hommes, voire des leaders visionnaires pour les porter; il faut laisser la place aussi aux volontés issues du monde social (syndicats et patronat) comme du monde associatif. L'exemple de la construction de l'Euro-District du Littoral, décrite dans le détail par le bras droit de Michel Delebarre, maire de Dunkerque, a montré l'importance des relations entre les hommes et les femmes, et la mise en place de projets concrets, comme l'achat en commun d'un scanner pour 4 hopitaux, (2 de chaque côté de la frontière), opération qui n'aurait pas été possible sans cette coopération.

Avoir des projets concretsC'est la conclusion de cette journée qui permettra aussi au CSI (Conseil Syndical Interrégional) de rebondir pour travailler sur des thèmes et des projets concrets, autour de la santé, de l'Education, des Transports, de l'Aménagement du Territoire... Les deux organisations syndicales sont bien décidées à poursuivre ce travail en commun, y compris au plan local. Une condition pour réussir : intéresser plus de jeunes à cette construction sociale européenne. Ce sont eux l'avenir... et  pour eux, les frontières ne sont plus guère un problème !