Les ch'tis au Congrès Confédéral de Tours

Publié le 03/06/2010 à 00H00 (mis à jour le 07/06/2010 à 12H56)
Ils seront 78 délégués à représenter le Nord Pas-de-Calais du 7 au 11 juin au Congrès Confédéral de Tours... et suivez le congrès en direct sur le web
Les ch'tis au Congrès Confédéral de Tours
Les ch'tis au Congrès Confédéral de Tours
Ils seront 78 délégués à représenter le Nord Pas-de-Calais du 7 au 11 juin au Congrès Confédéral de Tours... et suivez le congrès en direct sur le web

 Ils sont issus des syndicats professionnels de la CFDT (qui ont seuls droit de vote au Congrès Confédéral) et représentatifs de l'ensemble des professions de la région.

  
 
Le Congrès Confédéral a 3 objets essentiels :
 
  • Voter le Rapport d'Activité des 4 années écoulées, présenté par François Chérèque au nom du Bureau National : Pascal CATTO fera une intervention au nom de la CFDT Nord Pas-de-Calais sur cette activité.
  • Se prononcer sur les orientations des 4 années à venir (Projet de Résolution) : les syndicats ont reçu un avant-projet, l'ont amendé... et le Bureau National a retenu 23 débats sur lesquels le Congrès devra trancher
  • Elire les membres du Bureau National chargé de conduire la CFDT pour le mandat à-venir. 3 collèges le composent : le collège des Fédérations Professionnelles, le collège des régions, la Commission Exécutive. Pour la région, la CFDT présente la candidature de Pascal CATTO (en remplacement de Philippe Perrault).

 

Le Congrès comme si vous y étiez en direct sur le web !

Salariés, retraités ou demandeurs d'emplois, sympathysants, adhérents, militants CFDT :  vous qui n'êtes pas au Congrès, vous pourrez le suivre en direct sur   www.cfdtcongres2010.fr/

De plus, chaque jour vous aurez des impressions, des informations en provenance de la délégation du Nord Pas-de-Calais sur  www.cfdt59-62.fr

 

Dans la région, La CFDT a préparé ce Congrès   

Une quinzaine de débats ont eu lieu dans les localités et les syndicats professionnels pour préparer le congrès, sachant que ce sont les syndicats professionnels qui, seuls, votent au Congrès Confédéral. Ces débats ont été sereins et très participatifs, toujours respectueux des avis des uns et des autres, à partir des réalités concrètes vécues, sans dogmatisme ni parti pris. 
  
Sur le fond, pas de désaccords profonds et importants, mais plutôt des points qui font débat ou provoquent des inquiétudes , à savoir :
  • sur les retraites :    accord en général sur les positions, mais attention à ne pas changer les règles du jeu trop souvent (notamment pour les jeunes). Reste aussi la question de la lisibilité du système qui n'est pas réglée. On sent doute et inquiétude sur le fait que nos positions puissent prévaloir devant des décideurs politiques qui ont déjà des intentions. Tout cela provoque des questions à creuser sur le financement de la protection sociale : qui doit financer quoi ? Et si l'Etat réglait toutes ses dettes, les « trous financiers  » de la protection sociale ne seraient pas aussi forts. 
  • De façon plus globale, les militants partagent massivement les notions contenues dans l'avant-projet de réso sur la vision du monde et de la société notamment autour de la prise en  considération de la Responsabilité Sociale des Entreprises et du développement durable, de l'importance de redonner du sens du travail, du travail et des campagnes menées en collaboration avec d'autres ONG ou associations, des positions constantes de la CFDT sur la fiscalité... et de la possibilité qu'on se donne de faire des expérimentations, comme celle de la tenue d'une AG de mi-mandat.
  • Beaucoup de questions soulevées par rapport à l'emploi et surtout une précarité croissante. La précarité est liée dans les fonctions publiques pas seulement au statut, mais aux pratiques du métier.
  • Dans les fonctions publiques, la RGGP est vécue comme des suppressions d'emploi. Pour la catégorie cadre, la notion de rentabilité et d'individualité se généralise dans ce secteur.
  • Le malaise au travail, le mal-être au travail, le stress et la pénibilité, aménagement des fins de carrière sont des questions revenues aussi régulièrement dans les débats.
  • La question des jeunes a été aussi abordée : comment mobiliser, motiver, faire adhérer, répondre à leurs problèmes ?
  • Beaucoup d'apports aussi autour des IRP et de l'exercice du mandat syndical : manque de temps, de moyens, dégradation du fonctionnement des IRP, utilité de certaines commissions paritaires, pas assez de temps syndical sur le terrain...
  • A l'interne, le travail en réseau semble plébiscité afin de resserrer des liens entre mandatés ou représentants dans les CA et délégués.... Les services aux adhérents restent à creuser et préciser. La question de la communication est toujours posée : comment mieux « vendre ce qu'on est, ce qu'on fait, ce qu'on défend ».